ORDURES CÉLESTES | 2017

PASSAGES INSOLITES, EX-MURO
Ville de Québec, été 2017
Philippe Allard et Justin Duchesneau
conteneurs à déchet, acier, papier miroir chainettes dorées
2,8 x 3,6 x 5,7 mètres

L’idée que l’on se fait d’un conteneur à déchets n’est pas très inspirante habituellement. Tout ce qui relié à cet objet relève de la mauvaise odeur, de la saleté, de l’insalubrité, voir du dégout. Pourtant le volume de ces conteneurs est très intéressant et lorsqu’ils sont généreusement recouverts de graffitis, leur esthétique traduit bien l’énergie de la ville. S’approprier d’un objet si commun pour le mettre sur une place publique passante vise entre autres à désacraliser le geste artistique.

Six d’entre eux sont retournés et tiennent sur des montants d’acier à six pieds de hauteur. Les gens sont intrigués et cette hauteur spécifique les invitent à visiter les entrailles des conteneurs et leur contenu. Leurs portes sont ouvertes vers le bas cachant une bonne portion de leurs pattes vue de l’extérieur. Une trame régulière de trous dans chaque fond permet à lumière ambiante de pénétrer. Elle se reflète sur les murs intérieurs qui sont couvert de papier miroir.

Comme dans plusieurs de nos réalisations antérieures, nous cherchons à détourner l’objet de sa signification première en l’utilisant comme matériau produisant des formes nouvelles et inusitées. Dans le cadre spécifique de ce projet, l’objet se voit dévié de son sens au propre comme au figuré: non seulement le « conteneur » ne peut-il plus contenir, mais son intérieur à l’origine opaque se révèle brillant. Son fond perforé, duquel se déversent des chainettes dorées, telles des nouilles collées au fond d’un chaudron, laisse circuler la lumière et attire le regard du passant. Comme ces chainettes descendent sous les conteneurs, les visiteurs se feront doucement balayer le visage en parcourant l’espace et leurs repères se verront subtilement contrariés. Cette magnification de l’opprobre engage le spectateur dans un exercice de contemplation : l’opposition insolite du laid et du beau invitera les citoyens à s’interroger sur ses préconceptions esthétiques et sur le sens que portent les objets de l’espace urbain.

PASSAGES INSOLITES, EX-MURO
City of Québec, summer 2017

The idea of ​​a waste container is not usually inspiring. Everything related to this object is the bad smell, the dirt, the insalubrity, to see disgust. Yet the volume of these containers is very interesting and when generously covered with graffiti, their aesthetic reflects the energy of the city. Appropriate of such a common object to put it on a busy public place aims among other things to desecrate the artistic gesture.

Six of them are turned over and stand on steel studs six feet high. People are intrigued and this specific height invites them to visit the bowels of the containers and their contents. Their doors are open down hiding a good portion of their paws seen from the outside. A regular pattern of holes in each bottom allows ambient light to penetrate. It is reflected on the interior walls which are covered with mirror paper.

As in many of our previous achievements, we seek to divert the object from its original meaning by using it as a material producing new and unusual forms. In the specific context of this project, the object is deviated from its meaning both literally and figuratively: not only "Container" can no longer contain, but its originally opaque interior is brilliant. Its perforated bottom, from which gilded chains flow, like noodles glued to the bottom of a cauldron, lets the light circulate and attracts the gaze of the passer-by. As these chains descend under the containers, the visitors will be gently sweeping the face while browsing the space and their landmarks will be subtly annoyed. This magnification of opprobrium engages the viewer in an exercise of contemplation: the unusual opposition of the ugly and the beautiful will invite citizens to question their aesthetic preconceptions and the meaning that the objects of urban space bear.

PASSAGES INSOLITES, EX-MURO
Ville de Québec, été 2017
Philippe Allard et Justin Duchesneau
garbage containers, steel, mirror paper golden chains
2,8 x 3,6 x 5,7 meters