ARTS PLASTIQUES / TÉLESCOPAGES | 2018

The title of the project is to be taken literally and figuratively. Cars collide just like the natural and the artificial, the past and the present, the technological evolution and its paradigm. It is not a question of illustrating the consequences engendered by the evolution of man, but rather to note what represents the omnipresence and the multiplication of the cars as well as the deep attachment which we have for them. It shows the detailed beauty of the mechanical world and at the same time the obsolescence or the failure of it, the cars used having only ten years of useful life. The artificial texture (from human construction) blends with the natural texture. The telescoping and the confrontation thus take place on several levels. The grain of the image coming from the installation of windshields exploded in the workshop comes to parasite the image exponentially in the film as if the failure or the technical defeat, gained ground on the environment and its big eternal trees. The artificial haze of the workshop mingles with that of early morning in the car cemetery where every car part is carefully identified with its label, such as those that identify bodies at the morgue.

Telescoping evokes the consequences of our modern paradigms. But what happens after the accident? Do shattered objects come to life in other forms? When nature regains its rights, do they try to redevelop themselves in a more organic way? How were they affected?

 

Evanescence

Evanescence is inspired by the electro-magnetic phenomena of solar explosions and aurora borealis for their spectacular effects, which are difficult to explain even by science. A clumsy and naive imitation in this video is another attempt by the artist to imitate a natural phenomenon using artificial means. Light is the thread of this experience. It begins as that of the origin of time, coming from the sun, and ends with that mastered by the man, with the candle. The glass of the salvaged television screen and the candle is also a tribute to the artist Nam June Païk, a pioneer of video art.

Réanimation artificielle

Object derived from mechanical engineering, the airbag has a very unique feature: it is intended for only one deployment, after which it turns out to be unusable. Artificial resuscitation thus seeks to divert the airbag from its unique initial function. By developing a technique whereby the bag inflates and deflates cyclically, it momentarily illuminates with the image of heartbeats using dimmers that give it a life-like appearance. The exercise is repeated by the accumulation and juxtaposition of a multitude of mechanisms attached to this device.

Maison de la Culture de Longueuil
September 28th to December 23rd 2018
Thank you to the Canadian Art Council

Le titre du projet est à prendre au propre comme au figuré. Les voitures se heurtent tout comme le naturel et l’artificiel, le passé et le présent, l’évolution technologique et son paradigme. Il ne s’agit pas d’illustrer les conséquences engendrées par l’évolution de l’homme, mais plutôt de constater ce que représente l’omniprésence et la multiplication des voitures ainsi que l’attachement profond que nous avons pour elles. On y voit la beauté détaillée du monde mécanique et en même temps l’obsolescence ou la défaillance de celle-ci, les voitures utilisées n’ayant à peine que dix ans de vie utile. La texture artificielle (issue de la construction humaine) se fond à la texture naturelle. Les télescopages et la confrontation se passent donc à plusieurs niveaux. Le grain de l’image provenant de l’installation de pare-brises éclatés en atelier vient parasiter l’image exponentiellement dans le film comme si la défaillance ou la défaite technique, gagnait du terrain sur l’environnement et ses grands arbres éternels. La brume artificielle de l’atelier vient se mêler à celle du petit matin dans le cimetière de voitures où chaque pièce automobile est soigneusement identifiée avec son étiquette, comme celles qui identifient les corps à la morgue.

Télescopages évoque les conséquences de nos paradigmes modernes. Mais que se passe-t-il suite à l’accident !? Est-ce que les objets fracassés reprennent vie sous d’autres formes ? Quand la nature reprend ses droits, tentent-ils de se re développer de manière plus organique ? Comment ont-ils été affectés ?

Maison de la Culture de Longueuil
28 septembre au 23 décembre 2018
Merci au Conseil des Arts du Canada

Télescopages
2015-2016
Film
2,18 minutes en boucle

Réanimation artificielle
2016
Sac gonflables de sécurité, ventilateurs, arduinos
Dimensions variables

La machine ou l’animal
2017
Pare-brises éclatés, moteur
25 x 25 x 165 cm

Évanescence
2018
Vidéo
4,41 minutes, en boucle

Fausse route
Triptyque
Miroirs dépolis, pare-brises éclatés
28 x 33 x 4 cm

Hommage à P. Bernatchez
Triptyque
Miroirs dépolis, pare-brises éclatés
28 x 33 x 4 cm

Crise d’identité
Miroirs dépolis, pare-brises éclatés
28 x 33 x 4 cm

Crise d’identité II
Miroirs dépolis, pare-brises éclatés
28 x 33 x 4 cm

Évanescence

Evanescence s'inspire donc des phénomènes électro magnétiques des explosions solaires et des aurores boréales pour leurs effets spectaculaires, difficiles à expliquer même par la science. Une imitation maladroite et naïve dans cette vidéo est une autre tentative de l'artiste d'imiter un phénomène naturel en utilisant des moyens artificiels. La lumière est le fil de cette expérience. Il commence comme celui de l'origine du temps, venant du soleil, et se termine par celui maîtrisé par l'homme, avec la bougie. La vitre de l'écran de télévision récupérée et la bougie est également un hommage-clin d’œil à l'artiste Nam June Païk, pionnier de l’art vidéo.

Réanimation artificielle

Objet issu du génie mécanique, le sac gonflable possède une caractéristique bien singulière : il n’est destiné qu’à un seul déploiement, après quoi il s’avère inutilisable. Réanimation artificielle cherche ainsi à détourner le sac gonflable de sa fonction initiale unique. En élaborant une technique par laquelle le sac se gonfle et se dégonfle de manière cyclique, il s’illumine momentanément à l’image de pulsations cardiaques à l’aide de gradateurs qui lui insufflent une apparence de vie. L’exercice est répété par l’accumulation et la juxtaposition d’une multitude de mécanismes rattachés à ce dispositif.

 © 2021 by Philippe Pilon. Proudly created with Wix.com

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon