Téléscopages | 0000
Téléscopages est une installation issue d’un premier projet de court métrage du même titre en cours de réalisation. L’idée principale de ce film a surgit il y a longtemps lors d’une visite d’un cimetière de voitures. C’est seulement au courant de l’été 2013 qu’elle fut concrétiser. Le titre du projet est à prendre au propre comme au figuré. Les voitures se heurtent tout comme le naturel et l’artificiel, le passé et le présent, l’évolution technologique et son paradigme. Il ne s’agit pas d’illustrer les conséquences engendrées par l’évolution de l’homme, mais plutôt de constater ce que représente l’omniprésence et la multiplication des voitures ainsi que l’attachement profond que nous avons pour elles. On y voit la beauté éclatée du monde industriel confronté à son l’obsolescence et sa défaillance.

12 Pare-brise éclatés
acier, stroboscopes
Fumée.
Collaboration de Theresa Transistor
pour la trame sonore
170 X 170 X 135 cm
2014
Transition | 2013
SYMPOSIUM DE BAIE-SAINT-PAUL 2013

Transition est une installation éphémère qui a été érigée devant l’église de Baie-Saint-Paul. Elle prend la forme d’une rosace translucide et monumentale inclinée devant les portes de l’entrée de l’église. Elle suscite des questionnements sur notre héritage architectural, patrimonial et culturel. Comment assurons-nous la transition de nos valeurs spirituelles ? Avons-nous évacué l’essentiel de notre spiritualité et que faisons nous concrètement pour la maintenir active ? Du côté purement matériel, le plastique est en contraste avec le vitrail. La dernière image de la série représente l'étourdisseur, un contenant de soupe flottante provenant des boudins de plastique récupérés des caisses de lait de la Rosace. L'étourdisseur est en quelque sorte une métaphore du 7e continent.
Pissenlit | 2013
Pissenlit
2013
Aluminium, acier galvanisé, surface caoutchoutée

Oeuvre d'intégration à l'architecture
Parc de Lausanne, Laval

Les adultes s’évertuent, en général, à enlever ce que l’on appelle les mauvaises herbes sur leur pelouse. Et les pissenlits en font partie. Ces petites têtes jaunes se répandent si vite. Mais pour les enfants, c’est une toute autre histoire. Leur jaune éclatant est attrayant, ils peuvent les cueillir et en faire de jolis bouquets. La fécondation du pissenlit donne naissance à un fruit, l'akène, muni du fameux parachute duveteux. Ces fruits sont disséminés par le vent, sur des distances pouvant atteindre 10 km. Pour les enfants, souffler sur leur dôme blanc et les décoiffer est source de plaisir et gage de la réalisation d’un vœu.
Interruption | 0000
Une échelle impossible descent du toît et s'arrête avant de pouvoir être utilisée.

Interruption, 2013
5281 Cartier, Montréal
Aluminium, lumières halogènes
Printemps | 2013
Intervention multicolore dans le tunel adjacent au métro Champ-de-Mars en hommage à L'œuvre de Marcelle Ferron. L'idée était simplement de mettre plus de lumière et de couleurs dans un passage qui était tristement gris. Les lignes se succèdent dans un désorde chromatique jusqu'à même tomber dans les fenêtres pour suggérer une pluie influencée par ces mêmes couleurs.

Produit par MU.
www.mumtl.org
Été 2013
Crédits photo : Stéphane Cocke et Nicolas Ruel
La Cocotte | 0000
La Cocotte reprend un pliage typique et iconique de l'art de l'origami. Alors que cette tradition met de l'avant des sculptures de papier de petits formats, l'importante stature et rigidité de la Cocotte questionnent notre relation à ces objets délicats.

Foire Papier13
Agac
Aluminium
Forêt II | 0000
Philippe Allard et
Justin Duchesneau
810 palettes recyclées
21 x 21 x 20 pieds
Escales Improbables de Montréal

Nous avons imaginé un espace de méditation en pleine ville.
La lumière filtrée entre les palettes imite celle entre les branches d'un arbre.
POWER PLAY | 2012

articule est heureux de présenter Power Play, un nouveau projet de Philippe Allard qui réfléchit sur la précarité économique à partir d’objets associés au pouvoir. Déconstruisant des matériaux recyclés : affiches électorales, cartes de crédit et encadrements baroques, Philippe Allard joue avec ironie sur le rapport à l’identité que ces objets sont censé véhiculer. L’allégeance politique, la transparence des décisions gouvernementales, le portrait financier, le portrait de famille sont autant de concepts que questionne l’exposition. Les matériaux utilisés, occupant généralement une position déterminante dans l’espace public, sont ici dépouillés de leur pouvoir. Lacérés, réassemblés, ils sont rendus indistincts et ainsi, réduits au silence. Ne reste qu’une série de tableaux presque identiques dont le vide esthétisé renvoie à la vanité d’un certain pouvoir économique et politique. La pollution visuelle des pancartes électorales est ici remplacée par une perte d’identité picturale.
Paradis artificiel | 2013
Ce paradis artificiel est avant tout un refuge que l’on se créé dans l’enfance pour se séparer du monde adulte. L’installation insolite qui redirige le passant vient gêner l’espace et créé son propre environnement en parasitant celui-ci. Pixellisée de caisses de lait, cet objet commun qui prolifère derrière les vélos, l’environnement multicolore se retrouve aussi ici pour attirer les passants sous sa chape de lumière filtrée. On peut y voir une certaine allégorie à la constitution de la matière, essentiellement composée de vide et en même temps, une antithèse à l’absence de lumière, inhérente aux espaces souterrains tels la grotte ou le tunnel.

Présenté à Art Souterrain 2013


Spaceball | 2012
Sapceball est une installation déambulatoire qui fut présentée au festival d'art urbain Walk & Talk des Açores (Portugal). La masse de déchets de plastique qui se retrouvent flottant autour de l'île est un exemple de notre problème de dépendance planétaire aux produits dérivés du pétrole. Nous avons donc promené la sphère dans les rues et ruelles aux quatre coins de Ponte del gada, la capitale de l'île San Miguel aux Açores. L'étonnement était palpable sur les visages.
Courtepointe | 2012
L’installation se greffe au bâtiment de la Fonderie Darling comme si un géant de passage y avait laissé sa couverture pour la faire sécher au soleil. Cet objet mou et insolite est-il miniature ou gigantesque ? Cette masse informe, non invitée, vient gêner le bâtiment et créé son propre environnement en parasitant celui-ci. Pixellisée de caisses de lait, cet objet commun qui prolifère derrière les vélos, la couverture du peuple se retrouve ici pour attirer les passants sous sa chape de lumière filtrée.

Cette nouvelle intervention s’inscrit dans la continuité des précédentes collaborations (Arc-en-ciel, Forêt) entre Philippe Allard et Justin Duchesneau.
Il y a une perversion de la fonction de l’élément répété (celle de contenir) et une union forcée de ces éléments d’usage commun accumulés. Le duo poursuit ainsi son exploration campée en quelque part entre l’art et l’architecture.
Forêt | 2011
FORÊT
Festival du Canal Rideau 2011
650 palettes de bois recyclées
17 x 17 x 17 pieds
Philippe Allard et Justin Duchesneau
Festival du Canal Rideau, Ottawa

Forêt représente, avec ses 4 points cardinaux, la rencontre et la connexion des territoires de notre grand pays en lien avec le thème général du festival d'art du Canal Rideau 2011. L'arbre revient à sa source symboliquement. Forêt est aussi, à plus petite échelle et modifiée en palettes, ce qu’elle était avant que ce canal soit creusé, une forêt. Nous voulons mettre en valeur La fonction initiale de la palette, qui est de supporter. La palette est un objet qui peut sembler banal, mais qui est essentiel partout, sans lequel il serait difficile de transporter une multitude d'objets en grande quantité. Pour une fois, la palette se supporte elle-même et la lumière est filtrée entre ses planches comme à travers les branches d'un arbre.

Merci à la compagnie IPS de Laval
pour le prêt des palettes.
Le saule pleureur | 2011
Le Saule pleureur questionne le paradoxe évident entre notre obsession d’efficacité caractérisée par notre besoin de créer des objets de plus en plus performants et notre incapacité à agir de manière responsable pour que ces améliorations techniques nous permettent effectivement d’assurer nos besoins futurs. Voici une sorte de fontaine moderne en dysfonction, sorte
de symbiose métaphorique entre les fontaines d’autrefois et nos réseaux d’aqueduc modernes. La réaction initiale du spectateur est de s’attendre à ce que l’eau coule des boyaux d’arrosage ou même des tuyaux. Parce que les tuyaux sont sabotés, coupés, vissés et troués, l’on s’attend automatiquement à une fuite, ce qui traduit notre obsession de vouloir réparer et contrôler. Mais l’ironie du saule pleureur, c’est qu’il a tout pour pleurer mais ne pleure pas. Il ne répondra pas aux attentes, l’eau ne coule pas. La fonction première du tuyau d’aqueduc est détournée pour céder la place à une réflexion peut-être plus écologique telle ; Aurons-nous toujours si facilement de l’eau potable au bout de nos boyaux ? Et quel usage en ferons-nous
Les escales sonores (5.2) | 2010
4 environnements sonores sont créés avec des objets dont la fonction initiale est détournée, voire brimée.
Artistes sonores : Éryck Abecassis (Planète noire), Christian Calon (réflexion), Philippe Le Goff (Éffet de serre), et Michel Smith (Passage).
Les Escales Improbables 2010
Commissaire : Sylvie Teste
18 X 140 X 10 pieds
Acier, pneus récupérés, vitres à carreaux anciennes,
bois, papier mirroir, affiche de lutte WWF 1999, compositions sonores
Test projet 1
Vélo maison | 2009
Le projet Vélo-maison est présenté au Manifestival État d'Urgence 2009 de l'ATSA.Une structure se déploie derrière un vélo triporteur pour devenir un lit. L'atelier de couture de Fil en montagne s'occupe de la fabrication de la tente. La surface du lit est composée de plaques de signalisation récupérées. Le véhicule est destiné à servir à un itinérant et appartient maintenant à monsieur Serge Beaven. Le design du vélo doit être redessiné pour éventuellement être produit en une dizaine d'exemplaires. La deuxième version (2010) que l'on voit dans les 3 premières images sera exposée dans le cadre de l'expo itinérante du Conseil des arts de Montréal 10 ans d'urgence de l'ATSA.
Résistance | 2010
Résistance est L'œuvre lauréate du concours d'art publique de la ville de Contrecoeur. Elle représente le drapeau des Patriotes pivoté de 90 degrés dont les 3 couleurs sont représentées par 3 métaux, soit l'acier rouillé, l'aluminium percé des noms des 22 patriotes de Contrecoeur et du cuivre oxydé. L'œuvre est installée sur une scène de théâtre d'été. Les 3 panneaux coulissent et permettent le passage des acteurs de la scène. À la maison Lenoblet-du-Plessis de Contrecoeur,
où est installée Résistance, quelques patriotes ont contribué, en 1834, à la rédaction de quelques unes des 92 résolutions qui résument les griefs que les francophones du Bas-Canada entretenaient à l’endroit des autorités britanniques. En plus de ces rédactions, elle servit aussi de lieu de rencontre stratégique lors de la période trouble de 1837. Si nous avons encore une langue, si nous avons une culture propre à nous, c’est entre autres parce qu’une poignée de braves ce sont levé et soutenus par le peuple, ce sont battus.

Commandites : CORBEC pour la galvanisation et USITECHCL pour la construction du cadre. L'œuvre n'existerait pas sans eux. Merci.



Arc-en-ciel | 2009
Installation lauréate du concours d'art éphémère de la Place des Arts 2009. 60 barils de pétrole sur une mer d'huile.

Arc-en-ciel rappelle le monde industriel, sa cadence et son efficacité. mais l’utilisation des barils, sur une mer noire, évoque notre dépendance aux combustibles fossiles et les désastres environnementaux qui en résultent. L’eau est plus abondante que le pétrole, mais elle est aussi précieuse. On commémorait les 20 ans du désastre d'Exxon Valdez en Alaska en 2009.

 
Justin Duchesneau et Philippe Allard
Le septième continent | 2008
Exposition le septième continent 
De plastique et d'espoir est présenté une seconde fois avec 20 000 bouteilles d'eau vides supplémentaires au Mondial des Chorales de Laval 2008, présidé par Gregory Charles.
 
Centre communautaire de Laval
85 000 bouteilles d'eau récupérées, filets, acrylique, acier, câbles d'acier
Made in China | 2008
400 sacs de plastique faits en Chine sont disposés à l'image des drapeaux de prière tibétain.
Escales improbables de montréal. Été 2008
De plastique et d'espoir | 2007
De concert avec le Centre Eaton de Montréal, De plastic et d'espoir fut construit et installé en 3 mois avec la participation des montréalais qui déposaient leur bouteilles à récupérer dans les bacs disposés à cet effet.L'installation est constituée d'environ 65 000 bouteilles d'eau qui représente la consommation québécoise quotidienne en 2007. Une bouteille sur neuf est recyclée à cette époque à des coûts très élevés. Sachant que les embouteilleurs majeurs que sont Aquafina et Dasani (Coke et Pepsi) puise leur eau à même nos déjà très honéreux systèmes d'aqueduc, la consommation d'eau embouteillée est un acte ridicule.
Vous devez avoir Flash Player pour visualiser cette vidéo.
Cliquez-ici pour le télécharger.
Se perdre | 2007
quelques 400 affiches électorales sont récupérées suite aux élections municipales de 2007. Elles sont disposées de manière à former un labyrinthe, d'où le titre Se perdre. Se perdre concrètement dans cette répétition et se perdre aussi dans un choix électoral peu convaincant. En plus de la pollution visuelle encourue avec les affiches, elles représentent un fléau car elles ne sont pas recyclable du aux boues toxiques de l'encre imprimée sur leur surface. Toutes ses affiches furent récoltées dans un seul quartier bien après la fin des élections. Des crayons feutre étaient disposés afin que les spectateurs puissent décorer les photos des politiciens.

Maison de la Culture Mercier, août 2007
Vous devez avoir Flash Player pour visualiser cette vidéo.
Cliquez-ici pour le télécharger.
Mars Attaque 2 | 2006
L'éclairage d'une sphère pulse. À l'approche du spectateur, son mouvement est détecté par une caméra infra-rouge qui active une programmation de sons où il se trouve autour de la sphère... Aussi, lorsque le spectateur demeure en zone rapprochée de la sphère, sa pulsation diminue et son éclairage devient plus intense. L'échantillonage des sons provient de bruits d'accidents de voiture modifiés.
Mars attaque | 2003
Mars attaque fut présentée en 2003 à Lexposition de groupe Fait à Montréal dont le commissaire était Marc Séguin. L'œuvre donnera lieu par la suite à Mars Attaque 2, à la maison de la culture Ahuntsic en 2005. La sphère tronquée est composée d'environ 300 phares arrière de voitures. C'est en fait le résultat d'une immense collision aspirée par la masse de cette planète rouge dont le titre fait référence au film du cinéaste Tim Burton.Toyota, Lexus, Ford, Honda, Jaguar, GM, Subaru, Mercedes, Hyundai, BMW, Lada N,en sont que quelques uns des représentants.
Vous devez avoir Flash Player pour visualiser cette vidéo.
Cliquez-ici pour le télécharger.
Capteur de rêve | 2008
Le projet Capteur de rêve est en processus de construction.
Cette image de synthèse que vous voyez représente la sculpture qui aura 15 pieds de haut.
Vous devez avoir Flash Player pour visualiser cette vidéo.
Cliquez-ici pour le télécharger.
Le labyrinthe | 2003
Les plaques de désensablement sont arrivées en Normandie avec les troupes alliées pour permettre aux véhicules de circuler sur les plages sans s'enfoncer dans le sable. Depuis, quelques-uns de ces souvenirs de guerre se trouvent empilés dans le passé des côtes normandes. Pour réaliser ce projet, quelques plaques ont été ressorties afin d'alléger cet héritage brutal.